Vous êtes ici : Accueil / Services en ligne / Actualités / Hommage

Services en ligne

Hommage

A Jean-Marie Raulo

Mardi 22 septembre 2015, c’est avec une grande émotion que Gérard Raulo et le Maire Dominique Randon ont dévoilé la plaque du chemin piétonnier Jean-Marie Raulo, reliant la Sente du Pommeret à la rue du 14 Juillet, en hommage à son père Jean-Marie Raulo décédé en 1945, en présence de sa famille, d’élus municipaux, de la conseillère départementale Tacko Diallo, des Anciens Combattants et de Petit-Couronnais.

Au cours de la cérémonie d’hommage, les prises de paroles du Maire et de la conseillère départementale ont permis de mettre en lumière l’action de ce grand homme que fut le résistant Jean-Marie Raulo. Le fils de celui-ci âgé de 78 ans n’a pas caché son émotion lors de ce moment solennel de recueillement : «je suis très ému et reconnaissant que la municipalité ait baptisé cette voie du nom de mon père. J'ai ’effectue des démarches il y a une petite dizaine d'années pour obtenir une dénomination de voie en son  hommage à mon père, à l’image des autres résistants comme Jean Daguenet, Maurice Cadot, Anne et Gustave Boilay. Mais cela n’a jamais abouti. Aujourd’hui, ma famille et moi nous nous réjouissons de cet hommage qui fera date.»

Le maire Dominique Randon a conclu : «Au-delà de ce qu’il nous laisse comme héritage, c’est son courage et son abnégation qu’il faut retenir. Il est important de se souvenir de celles et ceux qui sont morts pour leur pays, mais avant tout pour la paix. Jean-Marie fait partie de ces hommes héroïques.» A travers ce chemin piétonnier, son fils, Gérard et son épouse, sa petite-fille Valérie et ses arrières-petits-enfants Tristan et Servane continueront à nourrrir sa mémoire !  

 

Un résistant couronnais exemplaire 

Né le 3 décembre 1905, à Bréhan-Loudéac, Jean-Marie était domicilié au 104 de la cité Jupiter à Petit-Couronne (Pétroles Jupiter) à la date de son arrestation. Pendant la guerre, il choisit le camp de la résistance et adhère au FTPF (Francs Tireurs et Partisans Français), au sein de la compagnie Jeanne d’Arc en 1942.

En 1943, la compagnie se scinde en deux détachements distincts : le détachement Jeanne d’Arc et le détachement Valmy qui s’implante à Petit-Couronne auquel appartient Jean-Marie Raulo. Puis, suite à une dénonciation pour avoir participé au déraillement d’un train entre Grand-Couronne et Moulineaux, il est arrêté par la Gestapo à son domicile le 10 décembre 1943, en même temps que Maurice Cadot, Jean Legris, Berthe Ravaud,Gustave Boilay. Après avoir été emprisonné à la prison Bonne Nouvelle de Rouen,il est déporté le 6 juin 1944 puis torturé.

Il décèdera le 24 avril 1945 au camp de Gusen en Autriche. En 1947, IL reçoit son homologation au grade de sergent-chef au titre des Forces Françaises de l’Intérieur et il est décoré de la Croix de guerre à titre posthume.

 

A ce jour, un nom de rue a été attribué à chaque résistant domicilié à Petit-Couronne :

♥ Joseph Daguenet

♥ Maurice Cadot

♥ Jean Legris

♥ François le Bloas

♥ Berthe Ravaud

♥ Anne et Gustave Boilay 

Les autres actualités

Actualités précédentes
Actualités suivantes
 
Haut de page